What
  • Accommodation
  • Animals
  • Arts & Entertainment
  • Automotive
  • Building & Renovation
  • Clubs, Charities & Associations
  • Crafts & Gifts
  • Education
  • Estate Agents
  • Food & Drink
  • Garden Services
  • Health, Fitness & Beauty
  • IT Services
  • Places to Visit
  • Property
  • Restaurant
  • Services
  • Shopping
  • Sports & Leisure
  • Travel
Where

Museum of Tautavel

European Center of Prehistory

Be the first to review

The Museum of Tautavel European Center of Prehistory is a complex built around the “Homme de Tautavel”. It presents the history of humanity in Europe since the first Europeans to the gates of history by taking examples from the nearby area of Tautavel.

Open every day, the Tautavel museum is open all year round, offering a variety of educational and fun events.

Museum Hours
Conditioned space Open 7 / 7. July and August 10am-7pm.
The rest of the year 10am-12H30pm and 2pm-6pm.
Minimum duration of the visit 1h30.
Ticket office closes 1 hour before the museum closing time

Discover the summer exhibition on prehistoric bears and take part in interactive workshops during the school holidays for no extra cost…

Museum of Tautavel – Latest News

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

9 hours ago

Musée de Préhistoire de Tautavel

Vivez la Tautavel expérience en toute sécurité !

Les points accueil et boutique sont équipés d'hygiaphones.
Le personnel et les visiteurs sont masqués.
Des points avec gel hydroalcoolique sont présents dans le musée.
Un sens unique de circulation est matérialisé au sol et par affichage.
Nous avons négocié avec les représentations préhistoriques, pour qu'elles restent derrière des barrières pour éviter toute interaction avec les visiteurs.

Maintenant c'est à vous de jouer !

Tourisme en Occitanie Qualité Tourisme Occitanie Sud de France Perpignan Méditerranée Tourisme Pyrénées-Orientales Tourisme Ministère de la Culture Préfet des Pyrénées-Orientales
... See MoreSee Less

Comment on Facebook 249640015118489_3017176685031461

J'ai eu l'occasion de visiter.... à refaire

Jai soutenu ma These de Doctorat de 3e Cycle sur Petit outillage de la Caune de l'Arago en 1984 a l'Institut de Paleontologie Humaine a Paris. Merci au Pr Henry DE LUMLEY. Bon vent au Musee de Taltawul.

Bonjour et bienvenue dans votre 30e Chronique préhistorique!

Texte de Jacques Pernaud et illustration de Christelle Milizia

"J’ai inventé le levier

Bonjour, une belle journée s’annonce. Il fait beau, le soleil chauffe déjà les pierres devant la grotte et nous aurons une journée tranquille car la chasse a été bonne hier et il reste de la viande de bison pour plusieurs jours.

Pas de chasse aujourd’hui. Je descends, avec les autres membres du clan, pour me rendre à la rivière. J’en profite un peu sur le chemin pour m’attarder à regarder quelques fleurs bien odorantes. Je ne sais pas ce que c’est, elles sont bleues autour et jaunes dedans. Il y a un insecte qui vient de s’envoler de l’une d’elle.

Je me rapproche de la fleur en question et je la sens. Elle sent plutôt bon. Je la ramasse et je la mange. Pas mauvais, sans plus.

Je remarque alors une file d’insectes qui chemine entre les herbes. Ils ont creusé un véritable chemin au sol et le suivent les uns derrière les autres. Je les suis.

Ils portent sur leurs dos des tas de choses : fragments d’insectes, feuilles, graines… ils se rendent dans un tronc d’arbre mort. Je voudrais bien voir ce qu’ils font dans ce tronc. Mais je n’arrive pas à voir. L’écorce tient encore bien et je ne peux qu’en enlever quelques morceaux.

Alors je me dis que je devrais faire rentre un objet entre l’arbre et l’écorce pour la soulever. Je cherche. Avec une pierre cela ne marche pas ? Je trouve une branche d’arbre plus loin. J’arrive à la faire rentrer et à forcer, cela se décolle un peu, mais ce n’est pas terrible. Je continue à forcer, tant et si bien que je bascule sur le côté, entraînant la branche avec moi. Elle joue alors de telle manière sur l’écore, que celle-ci se dégage et tombe de l’arbre.

Je vois alors l’intérieur de la fourmilière avec des fourmis actives autour d’œufs blanchâtres. Je gratte avec l’ongle pour en ramasser une bonne poignée que je mange en les écrasant bien. Ce n’est pas fameux, les insectes, mais cela donne de la force.

Je reprends ma descente pour rejoindre les autres qui se lavent déjà près de la rivière."

C'était votre dernière chronique ici, mais si vous en voulez plus, rendez-vous à la boutique du musée!

Bon week-end!
... See MoreSee Less

Bonjour et bienvenue dans votre 30e Chronique préhistorique!  Texte de Jacques Pernaud et illustration de Christelle Milizia  J’ai inventé le levier  Bonjour, une belle journée s’annonce. Il fait beau, le soleil chauffe déjà les pierres devant la grotte et nous aurons une journée tranquille car la chasse a été bonne hier et il reste de la viande de bison pour plusieurs jours.  Pas de chasse aujourd’hui. Je descends, avec les autres membres du clan, pour me rendre à la rivière. J’en profite un peu sur le chemin pour m’attarder à regarder quelques fleurs bien odorantes. Je ne sais pas ce que c’est, elles sont bleues autour et jaunes dedans. Il y a un insecte qui vient de s’envoler de l’une d’elle.  Je me rapproche de la fleur en question et je la sens. Elle sent plutôt bon. Je la ramasse et je la mange. Pas mauvais, sans plus.  Je remarque alors une file d’insectes qui chemine entre les herbes. Ils ont creusé un véritable chemin au sol et le suivent les uns derrière les autres. Je les suis.  Ils portent sur leurs dos des tas de choses : fragments d’insectes, feuilles, graines… ils se rendent dans un tronc d’arbre mort. Je voudrais bien voir ce qu’ils font dans ce tronc. Mais je n’arrive pas à voir. L’écorce tient encore bien et je ne peux qu’en enlever quelques morceaux.  Alors je me dis que je devrais faire rentre un objet entre l’arbre et l’écorce pour la soulever. Je cherche. Avec une pierre cela ne marche pas ? Je trouve une branche d’arbre plus loin. J’arrive à la faire rentrer et à forcer, cela se décolle un peu, mais ce n’est pas terrible. Je continue à forcer, tant et si bien que je bascule sur le côté, entraînant la branche avec moi. Elle joue alors de telle manière sur l’écore, que celle-ci se dégage et tombe de l’arbre.  Je vois alors l’intérieur de la fourmilière avec des fourmis actives autour d’œufs blanchâtres. Je gratte avec l’ongle pour en ramasser une bonne poignée que je mange en les écrasant bien. Ce n’est pas fameux, les insectes, mais cela donne de la force.  Je reprends ma descente pour rejoindre les autres qui se lavent déjà près de la rivière.  Cétait votre dernière chronique ici, mais si vous en voulez plus, rendez-vous à la boutique du musée!  Bon week-end!
Load more news